État

Posture de passionnée

posture entrepreunariale

Je préfère vous prévenir d’emblée, si vous comptez lire la suite de cet article, celui-ci sera remplie de la mauvaise fois d’une mauvaise perdante. J’ai lu, j’y ai cru et j’ai essuyé un refus !

Mais de quoi parle t-elle ?! (Oui, quand je suis de mauvaise foi je parle de moi à la troisième personne). Je parle d’une formation à laquelle j’ai postulé pour m’aider à développer Lulu Editions.

Maintenant que j’ai réussi à faire tomber les barrières que je me mettais, j’ai envie d’avoir un coup de boost. J’ai envie d’avancer, de créer, de développer. Je veux que ça prenne forme, j’ai envie de me sentir fière.

Le fait est que je travaille mal seule. Enfin disons plutôt que mon travail seule est aléatoire ! C’est pourquoi j’ai pensé qu’en groupe, comme lorsque j’étais à l’école, j’avancerais de manière plus fluide, plus rapide. Du coup j’ai postulé. D’abord par dossier écrit puis avec un entretien oral.

J’ai attendu, relancée, et j’ai été refusée. Cette formation est pour les entrepreneures, et il s’avère que de mon côté, je suis à priori dans une posture de passionnée plus que dans une posture d’entrepreneure (ça y vous y êtes, j’arrive à la phase mauvaise foi). Donc si je comprends bien leur raisonnement, pour être entrepreneure il faudrait que j’ai déjà une posture entrepreneuriale ? Mais si j’avais cette posture entrepreneuriale pourquoi je postulerais à cette formation ?! Peut-être aurais-je dû taire le fait que je ne recherchais pas la richesse car c’est un domaine compliqué et que ce serait déjà beau de réussir ? Peut-être aurais-je dû mentir sur mes ambitions au lieu d’opter pour une vision réaliste ? Peut-être aurais-je dû cacher ma vraie priorité même si c’est et ça restera toujours ma famille ?

N’est-ce pas un peu le problème aujourd’hui ? Recherche de profit et d’efficacité plus que de contact et de passion.

Du coup ma posture de passionnée et moi on est un peu emmerdée et avouons-le un poil vexée. Et histoire de bien me mettre la honte j’expose tout ça sur le grand internet.

Après avoir ruminé cette situation et l’avoir vécu comme un échec, j’ai décidé de voir les choses autrement. Non je n’ambitionne toujours pas de créer une vingtaine d’emplois d’ici cinq ans, mais peut-être devrais-je me fixer des objectifs un peu plus conséquent. En intégrant cette formation je voulais débloquer en moi le fait d’oser. Oser demander un devis à l’imprimeur même si le projet n’est pas correctement ficelé. Oser parler à des inconnus sur les réseaux pour connaître leurs projets. Oser me présenter en tant qu’éditrice et non plus comme une mère au foyer.

Et si en pointant du doigt ma posture elles avaient réussi à m’apporter ce que je recherchais dans cette formation ? La posture. Cette fameuse posture n’est en fait que de la poudre aux yeux. Si je me montre en tant qu’entrepreneure, les gens me verront en tant qu’entrepreneure. C’est aussi simple que ça.

Les vacances sont terminées, les enfants sont à l’école et moi je suis gonflée à bloc pour avancer. Je vais oser, planifier, et surtout ne rien regretter. Pour étayer ces bonnes résolutions j’ai bien entendu commencé par écrire un article sur ce blog ce qui ne fait absolument pas avancé la maison d’édition.

Que voulez-vous, on ne se refait pas 😉

Bonne journée !

Lucie

Ps : à la réflexion, mon travail à l’école était tout aussi aléatoire qu’aujourd’hui, et ça ne m’a pas empêchée de réussir. Alors au lieu d’essayer de changer cela je vais essayer d’en faire un atout. Je ne sais pas encore comment, mais je vais le faire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s