Discussion

Les écrans, comment gérer la situation ?

cafe des parents ecran

Nouvelle thématique et à la fois sujet récurrent dans la parentalité, le rapport aux écrans. Ce café des parents n’a pas été abordé dans le sens « les écrans c’est mal », mais plus dans l’idée d’intégrer les écrans de manière réfléchie.

Comme lors du dernier café, j’avais bien consciencieusement préparé mes petites notes. On ne sais jamais, il y aurait pu y avoir une question piège ! Ah ah ! En l’écrivant je me rends bien compte que c’est ridicule, mais que voulez-vous, on ne se refait pas en un café 😉

Prendre la parole en public est une question d’entraînement. Je n’y ai jamais été entraîné, je n’y ai jamais été encouragé. C’est pour ça qu’aujourd’hui, à 32 ans, je me challenge moi-même car si je veux représenter ma maison d’édition, si je veux développer des projets, il va falloir oser. Oser parler. Oser demander. Oser s’exposer.

Le cadre de ces cafés est idéal pour cet exercice. Les têtes me sont familières et les sujets me concernent. Pour ce café, les échanges ont été fluide, la parole bien répartie et l’écoute respectueuse.

Je vous laisse mes notes, et je suis disponible si vous voulez en parler. Rappelez-vous qu’aucune règle n’est absolue. Tous les enfants sont différents et donc leur rapport aux écrans l’est également. Il faut s’adapter à leurs personnalités et à leurs besoins. Observer, essayer, et surtout dialoguer, expliquer.

Bonnes vacances à toutes et à tous !

Lucie


LES ECRANS, COMMENT GÉRER LA SITUATION ?

Et si la clé dans la gestion des écrans avec nos enfants était d’abord le rapport que nous entretenons avec eux ?

Il est important de comprendre que la seule manière de contrôler son utilisation des écrans est d’apprendre à les utiliser

*****

QUELQUES CONCLUSIONS D’ETUDES :

https://lebonusagedesecrans.fr/category/etudes/

  • L’exposition à la lumière bleue des écrans le soir avant de dormir perturbe notre horloge interne (rythme circadien) et a des effets délétères sur notre état de santé.
  • L’utilisation des écrans comme moyen de récompenser ou punir ses enfants tendrait à renforcer l’attrait de ces objets auprès d’eux.
  • Autre enseignement intéressant de cette étude : l’importance du mimétisme dans la pratique excessive des écrans. Les enfants ayant des parents hyperconnectés sont eux-mêmes de plus gros consommateurs d’écrans que les autres.
  • Les écrans ne sont pas mauvais par nature. C’est leur usage qui peut l’être.
  • S’intéresser à la pratique numérique de ses enfants en engageant avec eux un dialogue et en les accompagnant dans leurs découvertes. Cela consiste à parler avec eux de ce qu’ils découvrent à travers les écrans pour les aider à développer leur intelligence narrative. Mais il s’agit aussi de les accompagner dans le choix des programmes et jeux.
  • Utiliser les écrans pour développer leur créativité en orientant ses enfants vers des activités de création (apprendre à dessiner, à faire des photographies, des origamis…)
  • Donner le bon exemple en s’imposant également une autodiscipline : comment expliquer à ses enfants la nécessité de s’auto-réguler si l’on est soi-même suspendu en permanence à son téléphone ou à sa tablette ?

COMMENT FIXER DES RÈGLES ?

  • Les règles doivent être précises. Elles peuvent fixer les jours d’utilisation, les heures ou créneaux horaires, le lieu, etc.
  • Il est conseillé de privilégier les règles simples, comme, pas d’écran le matin (semaine et / ou  week-end), ni le soir (sauf pour le film du samedi soir). Cela facilite la mise en œuvre.
  • Limiter le temps d’exposition aux écrans : l’enjeu n’est pas de définir un temps limite de façon autoritaire et unilatérale mais d’impliquer l’enfant dans un processus d’autorégulation afin de le rendre autonome et de limiter ses risques de perte de contrôle à l’âge adulte.
  • Afin de montrer aux enfants que les parents font aussi des efforts, il est important de se définir quelques règles aussi. Les parents pourront ainsi s’imposer de ne pas regarder leur téléphone pendant le dîner, ou après jusqu’au coucher des enfants.

*****

LA RÈGLE DU « 3-6-9-12 » de Serge Tisseron :

  • Avant 3 ans évitez la télévision et les écrans non interactifs car ils contribuent à renforcer la passivité des jeunes enfants et à les éloigner de ceux dont ils ont fondamentalement besoin à cet âge : interagir avec leur environnement en utilisant leurs sens (toucher, voir, entendre, bouger, …). Les tablettes tactiles, interactives par nature, peuvent être introduites mais ne doivent en aucun cas se substituer aux jeux traditionnels ni être manipulées par les enfants sans accompagnement.
  • A partir de 3 ansla télévision peut être introduite mais avec modération. Elle ne doit en particulier pas être placée dans la chambre de l’enfant, les programmes doivent être choisis avec les enfants (en respectant les âges recommandés sur les programmes) et la durée d’exposition doit être fixée au préalable.
  • Entre 3 et 6 ans : n’offrez pas de console de jeu personnelle à votre enfant. Evitez également de placer un ordinateur ou un poste de télévision dans la chambre de votre enfant. Limitez le temps d’écran en fixant des règles claires sur le moment durant lequel ils peuvent être utilisés et la durée d’utilisation. Privilégiez le jeu à plusieurs ou en famille plutôt que de laisser votre enfant seul face à son écran, au risque que son attitude devienne compulsive et qu’il se réfugie dans les écrans pour fuir le monde réel.
  • Entre 6 et 9 ans : fixez un temps d’écran autorisé et laissez la liberté à l’enfant de le répartir comme il le souhaite. Veillez à ce qu’il continue à consacrer du temps à des activités hors écrans. Commencez à lui parler de la notion de droit à l’image et de droit à l’intimité.
  • A partir de 9 ans : initiez votre enfant à Internet. Accompagnez-le dans cette découverte et expliquez-lui les dangers d’Internet en insistant notamment sur le fait que tout ce qui est mis sur le web peut tomber dans le domaine public, ne peut pas être effacé et n’est pas nécessairement vrai. Continuez à fixer une durée autorisée en laissant l’enfant la répartir comme il souhaite entre les différents écrans. Informez-le de l’âge à partir duquel il pourra disposer de son propre téléphone portable.
  • Après 12 ans : vous pouvez laisser votre enfant naviguer seul sur le web à condition qu’il ait bien intégré les risques liés à cette pratique et que vous définissiez un cadre : fixez ensemble les moments de connexion autorisés (en évitant les connexions nocturnes et illimitées depuis sa chambre), informez-le sur les dangers de la pornographie et du harcèlement, discutez avec lui de ce que la loi autorise en terme de téléchargement, apprenez-lui à respecter la signalétique PEGI (Pan European Game Information) qui attribue à chaque jeu un âge spécifique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s